LOI EGALIM 2 : JEU DE DUPES

mardi 23 novembre 2021

Ne modifiant en rien les rapports de forces dans la filière, des agriculteurs à la grande distribution en passant par les industriels de l’agroalimentaire, issus notamment de la loi de modernisation économique promue par Sarkozy en 2008 qui octroyait des privilèges exorbitants à la grande distribution, la loi Égalim, votée en 2018, qui devait assurer, entre autres, une meilleure rémunération aux agriculteurs, a été, sans surprise, un échec patent.

Pour Macron, candidat à sa propre réélection aux présidentielles de 2022, il était éminemment politique de faire voter une seconde loi « Égalim 2 » pour tenter de tenir sa promesse dans un contexte de forte augmentation du prix des matières premières agricoles. Tirant les enseignements de cet échec et face aux pressions de la Fnsea et de l’Ania, la loi Égalim 2 semble vouloir rétablir un certain équilibre avec l’obligation de contrats écrits entre le producteur et son premier acheteur, « sanctuarisant », selon le législateur, le coût des matières premières agricoles.

L’Institut de Liaison des Entreprises de Consommation (Ilec), bras armé des grands groupes industriels notamment agroalimentaires, se frottent les mains. Ils pourraient augmenter leurs marges. Pour la grande distribution, même chose, la hausse du prix des matières premières agricoles passe directement sur les étiquettes.


Documents joints

PDF - 100 ko

Annonces

Arrêtez le massacre

Ernest Pignon Ernest

Suite à la décision prise lors de son 8ème Congrès à Vénissieux en Janvier 2006, La FNAF-CGT a placé au cœur de sa démarche revendicative pour l’amélioration des conditions de travail et la défense de la santé au travail des salariés dans ses secteurs professionnels

Agrandir l’affiche


Boycott

Le comité National de Soutien et de Lutte

Agrandir l’affiche

Voir le Comité National de soutien et de lutte