E171. Principe de précaution

vendredi 18 janvier 2019

La loi Egalim, issue des États Généraux de l’Alimentation, adoptée par le Parlement en novembre 2018, prévoit la suspension de l’E171. Ce colorant sans aucune valeur nutritionnelle, formé de nanoparticules de dioxyde de titane, présent dans de nombreux produits alimentaires et manipulé par les salariés sur les chaînes de productions alimentaires, est suspecté de présenter des risques cancérogènes. Un arrêté ministériel doit être pris pour que cette suspension puisse entrer concrètement dans les faits. Le ministre de l’Économie s’y refusait il y a encore jours. Lobby industriel oblige !

Bafouant le vote des représentants du peuple, c’est sous pression de nombreuses associations que le ministre B. Le Maire demande à l’Anses, (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) d’accélérer ses évaluations pour envisager la suspension de l’additif en avril. Revirement ou enfumage ?

De telles tergiversations n’ont pas lieu d’être. Les résultats des recherches de l’Inra, confirmés par des travaux de chercheurs allemands, montrent les risques cancérogènes du dioxyde de titane. L’Anses a reconnu que ces résultats ont mis en évidence des effets de l’E171 qui n’avaient pas été identifiés auparavant. Le Haut Conseil de la Santé Publique « soulève la question de l’exposition chronique


Documents joints

PDF - 31.8 ko

Annonces

Arrêtez le massacre

Ernest Pignon Ernest

Suite à la décision prise lors de son 8ème Congrès à Vénissieux en Janvier 2006, La FNAF-CGT a placé au cœur de sa démarche revendicative pour l’amélioration des conditions de travail et la défense de la santé au travail des salariés dans ses secteurs professionnels

Agrandir l’affiche


Boycott

Le comité National de Soutien et de Lutte

Agrandir l’affiche

Voir le Comité National de soutien et de lutte