Faim dans le monde. Quel droit des hommes ! !

mardi 2 octobre 2018

La FAO, organisation de l’ONU pour l’agriculture et l’alimentation, a publié un rapport mi-septembre qui conclut sur la « variabilité du climat » et ses phénomènes extrêmes qui seraient une des principales causes de la sous-nutrition et de l’insécurité alimentaire dans le monde. Et de faire appel à des « financements de grande ampleur en faveur de programmes de réduction et de gestion des risques de catastrophe et d’adaptation au changement climatique ». Vive le capitalisme vert en quelque sorte.

La FAO « oublie » que le nombre de personnes souffrant de faim et de malnutrition, jusqu’à en mourir, atteint le milliard, en constante augmentation depuis des années, et que plus de la moitié de l’humanité est confrontée à une sous-alimentation chronique. Les sommets mondiaux et autres conférences se tiennent sans aucun résultat. En 1996, le Sommet Mondial pour l’Alimentation s’était fixé pour objectif de réduire de moitié, le nombre de personnes souffrant de la faim. Au-delà d’un chiffrage pour la galerie, force est de constater qu’aucun progrès n’a été réalisé hormis quelques pays dont la Chine. En 2015, on en rajoute dans les déclarations tonitruantes. Le développement durable devait aboutir à l’objectif de « faim zéro » en 2030. Les progrès globaux sont tellement ténus que la FAO a même révisé ses statistiques en diminuant le nombre de calories nécessaires par personne, faisant apparaître une amélioration totalement factice.

Les causes de la faim, comme d’ailleurs des « changements climatiques », sont structurelles et inhérentes au capitalisme et à la mise en concurrence entre les agricultures des pays sous-développés et celles des pays développés intégrées aux lois du marché capitaliste. Poursuivre dans un système, où 50 millions d’agriculteurs les plus puissants, agro-businessmen liés aux transnationales de la chimie, de l’agroalimentaire et de la grande distribution pourraient nourrir la planète, équivaut à « un génocide de la


Documents joints

PDF - 222 ko

Annonces

Arrêtez le massacre

Ernest Pignon Ernest

Suite à la décision prise lors de son 8ème Congrès à Vénissieux en Janvier 2006, La FNAF-CGT a placé au cœur de sa démarche revendicative pour l’amélioration des conditions de travail et la défense de la santé au travail des salariés dans ses secteurs professionnels

Agrandir l’affiche


Boycott

Le comité National de Soutien et de Lutte

Agrandir l’affiche

Voir le Comité National de soutien et de lutte