Etats généraux de l’alimentation : suite. Tromperie sur la marchandise

vendredi 2 février 2018

Le grand spectacle des États généraux de l’alimentation se conclut en jeu de rôle mortifère. Pseudo concertation, ceux-ci devaient « révolutionner » la répartition de la valeur pour permettre aux agriculteurs de vivre de leur travail et assurer l’accès des consommateurs à une alimentation saine et de qualité. En fait, le ministre de l’Agriculture l’avoue lui-même « Nous n’avons pas de recette miracle. Sinon d’autres avant nous l’aurait trouvée. » En résumé, faire beaucoup de bruit pour que rien ne change ! Et en effet, les mesures du projet de loi présentées au Conseil des ministres le 31 janvier ne sont pas de nature à modifier fondamentalement les rapports de force dans la filière, des agriculteurs à la grande distribution en passant par les industriels de l’agroalimentaire.

Pas de remise en cause de la Loi de modernisation économique de 2008. Cette loi, dont Macron fut le promoteur sous la baguette de Sarkozy, octroie des privilèges exorbitants à la grande distribution dans les négociations commerciales. Ce qui n’a eu pour résultat que la poursuite de l’augmentation des prix de l’alimentation. Comme peuvent le constater les analystes du Figaro, qui ne peuvent être taxés de « dangereux révolutionnaires », le relèvement du seuil de revente à perte (SRP) de 10 %, prévu dans le projet, crée les conditions pour que la guerre des prix perdure et se généralise. Il entraînera et justifiera une augmentation générale des prix alimentaires. Distributeurs et industriels de l’agroalimentaire se partageront les marges supplémentaires sur le dos des consommateurs, tandis que la hausse des prix accentuera les inégalités de consommation. La limitation des promotions n’est qu’un cautère sur une jambe de bois. Les scènes affligeantes sur le Nutella, suite à une opération publicitaire réduisant de 70 % le prix du produit, montrent l’état de misère de la population et la faiblesse du pouvoir d’achat de la grande masse des salariés. Ainsi, des produits alimentaires deviennent-ils des produits de luxe pour les catégories sociales défavorisées. Le projet de loi confirme que les salariés, comme les consommateurs, ne feront pas partie du partage de la valeur créée dans la filière, clamé par Macron.


Documents joints

PDF - 292 ko

Annonces

Arrêtez le massacre

Ernest Pignon Ernest

Suite à la décision prise lors de son 8ème Congrès à Vénissieux en Janvier 2006, La FNAF-CGT a placé au cœur de sa démarche revendicative pour l’amélioration des conditions de travail et la défense de la santé au travail des salariés dans ses secteurs professionnels

Agrandir l’affiche


Boycott

Le comité National de Soutien et de Lutte

Agrandir l’affiche

Voir le Comité National de soutien et de lutte