"Taxe soda". Irresponsabilité et enfumage

lundi 18 décembre 2017

Le gouvernement Macron prévoit d’alourdir la fiscalité sur les boissons sucrées avec une nouvelle version de la « taxe soda » dans le cadre du projet de loi de financement de la Sécurité Sociale (PLFSS) pour 2018. À bien des égards, il s’agit d’un nouvel enfumage de première classe. La ministre de la Santé ne fait pas dans la nuance, mais plutôt dans l’irresponsabilité, pour justifier cette mesure fiscale : « Il (le sucre) tue énormément… il est responsable évidemment de l’obésité, du diabète et de toutes les complications liées à ces pathologies. » Il est plus facile de faire adopter une nouvelle taxe que de prendre le problème à la racine. Cette « taxe soda » soulève plus de questions qu’elle ne va atteindre l’objectif affiché.

D’une part, les études scientifiques montrent que les inégalités sociales se traduisent dans l’alimentation et ont des conséquences graves sur la santé, que la carte de l’obésité épouse celle de la pauvreté. Selon ses revenus et les régimes alimentaires qui en découlent, selon les modes de consommation et le type d’alimentation, l’état sanitaire de la population est très différent. De plus, les décisions qui se profilent dans le cadre des États généraux de l’alimentation accroîtront encore les inégalités en imposant des augmentations de prix des produits alimentaires. Pour ceux qui ne pourront pas suivre, ils se verront limiter à une consommation alimentaire de seconde zone. Ce qui renforcera encore les inégalités alimentaires. Par ailleurs, que la ministre de la Santé ignore ces études et réalités est pour le moins curieux. L’accès à une alimentation saine et équilibrée est un véritable enjeu de santé publique qui ne peut se régler par une taxe. De plus, si les industriels des boissons remplacent le sucre par des édulcorants, produit de synthèse, le gouvernement déplace le problème avec la substitution d’un produit naturel par un produit chimique dont on ne mesure pas aujourd’hui les conséquences sur la santé. Une telle irresponsabilité laisse pantois.


Documents joints

PDF - 32.6 ko

Annonces

Arrêtez le massacre

Ernest Pignon Ernest

Suite à la décision prise lors de son 8ème Congrès à Vénissieux en Janvier 2006, La FNAF-CGT a placé au cœur de sa démarche revendicative pour l’amélioration des conditions de travail et la défense de la santé au travail des salariés dans ses secteurs professionnels

Agrandir l’affiche


Boycott

Le comité National de Soutien et de Lutte

Agrandir l’affiche

Voir le Comité National de soutien et de lutte