Glyphosate. Le fric ou la santé

jeudi 5 octobre 2017

Le sort du glyphosate, substance active du Rounup, désherbant de Monsanto, se joue cette fin de semaine à Bruxelles. Depuis 2016, la Commission européenne est bloquée, faute de majorité qualifiée pour obtenir le renouvellement de l’autorisation de commercialisation du glyphosate qui vient à expiration fin décembre 2017, suite à l’opposition de la France, rejointe par Malte, et l’abstention de plusieurs Etats membres.

Alors que le Circ (Centre international de recherche sur le cancer), qui ne tient compte que des études publiées par la recherche scientifique, classe le glyphosate comme « cancérogène probable », la Commission européenne s’appuie sur les avis des deux agences européennes, l’Efsa (Agence européenne de sécurité alimentaire) en novembre 2016 et l’Echa (Agence européenne des produits chimiques) en mars 2017, pour remettre l’ouvrage sur le métier. Or, les avis des agences européennes, basés sur les études confidentielles fournies par les industriels, frappés du sceau de conflit d’intérêts, éliminent bien évidemment tout risque cancérigène. De plus, l’affaire des « Monsanto Papers » a révélé, que depuis 1999, la firme soupçonnait les propriétés génotoxiques de la molécule. La Commission européenne fait clairement son choix.


Documents joints

PDF - 30.9 ko

Annonces

Arrêtez le massacre

Ernest Pignon Ernest

Suite à la décision prise lors de son 8ème Congrès à Vénissieux en Janvier 2006, La FNAF-CGT a placé au cœur de sa démarche revendicative pour l’amélioration des conditions de travail et la défense de la santé au travail des salariés dans ses secteurs professionnels

Agrandir l’affiche


Boycott

Le comité National de Soutien et de Lutte

Agrandir l’affiche

Voir le Comité National de soutien et de lutte