Glyphosate-UE. Monsanto à la manoeuvre

vendredi 16 juin 2017

Le glyphosate, substance active du Roundup, désherbant de Monsanto, fait l’objet d’une bataille stratégique. Pesticide le plus utilisé en Europe et dans le monde depuis les années 1970, son autorisation en Europe venait à expiration en juin 2016. La Commission européenne proposait scandaleusement de renouveler l’homologation du glyphosate pour une durée de 15 ans. Cette proposition n’a pas pu aboutir face à l’opposition de nombreux experts sur le caractère cancérogène possible de cette molécule. La Commission européenne n’a pas tenu compte de ces avis scientifiques. Elle s’est raccrochée aux branches en donnant son autorisation pour une nouvelle prolongation de 18 mois, jusqu’à fin 2017.

Le Centre International de recherche sur le cancer, agence de l’Organisation mondiale de la santé chargée d’inventoriée les causes de cancer, a classé le glyphosate « cancérogène probable » en mars 2015. Le principe de précaution aurait exigé la mise en place d’études plus poussées avant toute décision de poursuivre sa commercialisation. Plus grave, un toxicologue et biostatisticien de renommée mondiale, ancien directeur de plusieurs instituts de recherche américains, a eu accès aux données confidentielles des études remises par les industriels sur le glyphosate. Selon ce toxicologue, la réanalyse de ces données met en évidence plusieurs cas de cancer dus au glyphosate, et qui n’ont pas été pris en compte par les agences d’expertise européennes, l’ECHA (Agence européenne des produits chimiques) et l’EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments). Ce qui n’a pas empêché Bruxelles de proposer, en mai dernier, une réautorisation de mise sur le marché du glyphosate de 10 ans, pour l’instant sans validation définitive.

Ces deux agences européennes, se fondant sur des études non publiées et dont les experts présentent des conflits d’intérêts notoires, ont écarté tout risque sur la santé et l’environnement. Les « Monsanto


Documents joints

PDF - 31.4 ko

Annonces

Arrêtez le massacre

Ernest Pignon Ernest

Suite à la décision prise lors de son 8ème Congrès à Vénissieux en Janvier 2006, La FNAF-CGT a placé au cœur de sa démarche revendicative pour l’amélioration des conditions de travail et la défense de la santé au travail des salariés dans ses secteurs professionnels

Agrandir l’affiche


Boycott

Le comité National de Soutien et de Lutte

Agrandir l’affiche

Voir le Comité National de soutien et de lutte