Elections présidentielles : partout et toujours... la lutte !

jeudi 11 mai 2017

Le grand patronat est le grand gagnant de l’élection présidentielle. En manipulant ses deux marionnettes du second tour, il a joué gagnant à tous coups, chacune se targuant d’imposer au mieux les « meilleures » politiques antisociales. L’oligopole capitaliste qui détient la majeure partie des moyens d’information a entonné la même partition. Gattaz, au soir du second tour, n’a fait que déposer la cerise sur le gâteau. Les milieux dirigeants de la bourgeoisie française veulent, à marche forcée, une recomposition politique générale qui serve ses intérêts de classe, en faisant pencher, bien entendu, la bascule du côté droit.

L’élimination de la fasciste Le Pen est le fait du profond rejet populaire et progressiste de ses politiques xénophobes, racistes, antisociales et antidémocratiques. Nous y avons contribué. Pour autant, la « bête immonde » n’est pas écartée. Cet atout reste dans la manche du patronat qu’il continuera à utiliser au gré de ses besoins et de ses objectifs.

Macron est élu sans adhésion populaire à son programme antisocial et d’intégration à la mondialisation capitaliste via l’Europe du capital. Il est banquier et serait antisystème, une blague que l’oligopole médiatique a voulu nous vendre tout au long de cette campagne électorale. Au-delà, il a annoncé la couleur. Reculs sociaux, casse du Code du Travail, licenciements et dégraissages massifs tant dans les secteurs privés que dans les services publics, généralisation de la précarité, attaques contre les droits syndicaux et avant tout, dans son viseur, la CGT. Et tout cela, aux forceps et au plus vite, ce qui prouve l’étroitesse de sa marge de manœuvre.

Nous ne sommes pas de ceux qui rompront devant cette déferlante annoncée. Une élection présidentielle ne met pas fin à la lutte des classes. L’histoire de notre peuple, comme celle de nombreux peuples, montre que la régression et la répression ne mettent pas fin au mécontentement. Les luttes revendicatives vont se poursuivre. La CGT continuera à les impulser, à les animer, à les organiser dans le souci de renforcer l’unité d’action, le rassemblement toujours plus large des salariés pour imposer des avancées sociales et progressistes sur les salaires, l’emploi, le développement économique et industriel, les conditions de travail, les droits syndicaux, la protection sociale, un Code du Travail et des conventions collectives du XXIème siècle.


Documents joints

PDF - 32.4 ko

Annonces

Arrêtez le massacre

Ernest Pignon Ernest

Suite à la décision prise lors de son 8ème Congrès à Vénissieux en Janvier 2006, La FNAF-CGT a placé au cœur de sa démarche revendicative pour l’amélioration des conditions de travail et la défense de la santé au travail des salariés dans ses secteurs professionnels

Agrandir l’affiche


Boycott

Le comité National de Soutien et de Lutte

Agrandir l’affiche

Voir le Comité National de soutien et de lutte