Europe : mini traité, maxi arnaque

mardi 23 octobre 2007
par  Fnaf cgt

Réunis à Lisbonne, les 27 chefs d’Etat de l’Union européenne se sont mis d’accord pour faire passer par la fenêtre le traité constitutionnel qu’une majorité de français et de néerlandais ont jeté par la porte lors du référendum.

En guise de mini-traité, le texte signé reprend pour l’essentiel l’ensemble des orientations contenues dans le traité constitutionnel. Le Président Sarkozy a beau affirmer que le concept de « concurrence libre et non faussée » avait été abandonné, celui-ci revient en bonne et due forme puisque l’on peut y lire « la concurrence n’est pas faussée dans le marché intérieur » ou pire encore « des restrictions peuvent être apportées à l’exercice des droits fondamentaux, notamment dans le cadre d’une organisation commune des marchés ». La Banque Centrale, tant décriée par Sarkozy, voit ses prérogatives confirmées, notamment son « indépendance dans l’exercice de ses pouvoirs et dans la gestion de ses finances... ». « Les gouvernements des Etats membres respectent cette indépendance », autrement dit, les élus et les peuples se soumettent aux exigences du capital !

C’est bien de cela que les français ne veulent pas. Ils veulent pouvoir décider des choix économiques, sociaux et politiques qui engagent leur vie et leur avenir.

C’est au nom de cette Europe que les gouvernements veulent imposer la remise en cause des régimes de retraites, les privatisations, la remise en cause des droits du travail qui, dans le traité proposé, se limite à « un droit à travailler ».

En marge de la réunion des chefs d’Etat européens, la CES et le patronat européen du tristement célèbre Ernest Antoine Sellière, ont signé un accord sur la « flexicurité » rejetée par la CGT lors du congrès de la CES, qui vise à faciliter les licenciements et la dérèglementation. Cette signature est un faire valoir au mini-traité qui a d’ailleurs été apprécié ainsi par les chefs de gouvernement à Lisbonne.

Les orientations politiques antisociales ont été massivement dénoncées par les travailleurs portugais qui, à l’appel de la CGTP ont manifesté pour leurs revendications. Cette manifestation, qui aura été la plus importante au Portugal depuis les 20 dernières années, marque une condamnation croissante et sans appel des recettes libérales mises en œuvre partout en Europe.


Documents joints

PDF - 51.7 ko

Annonces

Arrêtez le massacre

Ernest Pignon Ernest

Suite à la décision prise lors de son 8ème Congrès à Vénissieux en Janvier 2006, La FNAF-CGT a placé au cœur de sa démarche revendicative pour l’amélioration des conditions de travail et la défense de la santé au travail des salariés dans ses secteurs professionnels

Agrandir l’affiche


Boycott

Le comité National de Soutien et de Lutte

Agrandir l’affiche

Voir le Comité National de soutien et de lutte