Eliminer les gaspilleurs en chef

mardi 27 novembre 2012
par  Fnaf cgt

Le gouvernement a annoncé un plan de lutte contre le gaspillage alimentaire. Son objectif est de le réduire de moitié d’ici 2025 en favorisant la vente des produits à l’unité, en recyclant ces produits pour l’alimentation animale, voire en en faisant profiter les plus démunis. La terminologie même utilisée laisse pour le moins à désirer. Si combattre le gaspillage est une évidence, il ne faut pas pour autant se tromper de cible en culpabilisant les consommateurs, ériger cette lutte en remède contre la faim et la pauvreté ou cantonner des milliers d’êtres humains dans un statut d’assistés d’une charité même organisée par l’Etat.

Les premiers gaspilleurs ne sont pas égratignés, ils s’en tireraient même bien, avec quelques efforts publicitaires « socialement corrects et responsables ». Les groupes de l’agroalimentaire et de la grande distribution ne sont-ils pas concernés, au premier chef, du fait de leur stratégie. Pour ne prendre que quelques exemples :

• Le packaging en plusieurs lots pour faire vendre plus est propice aux stratégies patronales qui visent à atteindre leurs objectifs de chiffre d’affaires et de marges bénéficiaires. Et lorsqu’en plus il s’agit de produits frais avec des dates limite de consommation (DLC), il ne faut pas s’étonner qu’il y ait des pertes.
• L’organisation du travail en flux tendus entraîne par exemple un remplissage des rayons, non en fonction des capacités de vente, mais pour éviter toute absence de la marque choyée. Les invendus, et donc les pertes, peuvent être importants en fonction des DLC. Le gaspillage provient également des pertes de matières premières issues d’un disfonctionnement des machines ou de leur inefficience ou de produits finis qui ne répondent pas aux divers critères de qualité, poids ou emballage défectueux qui grèvent les coûts de production et dont on ne parle jamais. Il est plus facile de faire pression sur les salaires que d’investir dans une maintenance permanente dans les usines pour régler, maintenir ou moderniser l’outil de production.
• Source de gaspillage financier, les budgets publicité/promotion atteignent, dans les grands groupes agroalimentaires et de la grande distribution des sommes équivalentes à la masse salariale, ce qui est scandaleux. Dans le même temps, où restructurations et plans de sabordage démultiplient les charrettes de licenciements, des sommes folles sont dépensées, gaspillées dans des campagnes publicitaires souvent au niveau culturel et moral plus que douteux. Les innovations portent pour une part importante, sur les emballages. Rien ou presque n’est fait quant à la qualité des produits. L’objectif est de vendre avec des marges toujours plus grandes.


Documents joints

PDF - 37.1 ko

Annonces

Arrêtez le massacre

Ernest Pignon Ernest

Suite à la décision prise lors de son 8ème Congrès à Vénissieux en Janvier 2006, La FNAF-CGT a placé au cœur de sa démarche revendicative pour l’amélioration des conditions de travail et la défense de la santé au travail des salariés dans ses secteurs professionnels

Agrandir l’affiche


Boycott

Le comité National de Soutien et de Lutte

Agrandir l’affiche

Voir le Comité National de soutien et de lutte