Commerce extérieur agroalimentaire en 2011. De la spéculation sur l’alimentation

lundi 21 mai 2012
par  Fnaf cgt

En 2011, l’excédent des échanges agroalimentaires français a atteint 11,6 milliards d’€ courants, son plus haut niveau depuis 1995, grâce à une augmentation des exportations et à une stabilité des importations. En termes de partage volume-prix, les deux tiers de la croissance de l’excédent s’expliquent par une forte hausse des prix des produits agricoles bruts, en particulier du prix des céréales, et l’autre tiers par l’augmentation du volume des produits transformés exportés.

La hausse des prix agricoles constatée depuis 2008 concerne essentiellement les céréales et oléoprotéagineux (blé, maïs, soja et riz). Elle s’explique par plusieurs facteurs. Les conditions climatiques défavorables dans certains pays exportateurs ont réduit les récoltes. La consommation plus importante de certains pays émergents à forte croissance les fait intervenir sur les marchés mondiaux. La politique de développement des agrocarburants, principalement aux Etats-Unis à partir de maïs, détourne des terres auparavant dédiées à l’alimentation. Malgré les crises agricoles et alimentaires de ces dernières années, de nombreux Etats n’ont pas pris les mesures pour restaurer leurs stocks qui restent à des niveaux insuffisants pour assurer la sécurité alimentaire de leur peuple. Ce qui explique que des fonds spéculatifs se détournent des valeurs minières pour se porter sur les denrées agricoles.
Sur ces marchés rendus instables par l’absence de politique publique de régulation des prix de ces produits, base de l’alimentation, les firmes de négoce, en position dominante sur les marchés céréaliers, jouent la spéculation. Les exportations françaises participent de cette spéculation que les peuples paient. Les émeutes de la faim de 2008 en ont été l’illustration. L’angoisse de ne pouvoir acheter son alimentation a été un des éléments déclencheurs de révoltes dans les pays arabes ou africains.


Documents joints

PDF - 31.4 ko

Annonces

Arrêtez le massacre

Ernest Pignon Ernest

Suite à la décision prise lors de son 8ème Congrès à Vénissieux en Janvier 2006, La FNAF-CGT a placé au cœur de sa démarche revendicative pour l’amélioration des conditions de travail et la défense de la santé au travail des salariés dans ses secteurs professionnels

Agrandir l’affiche


Boycott

Le comité National de Soutien et de Lutte

Agrandir l’affiche

Voir le Comité National de soutien et de lutte