Hausse des prix alimentaires

jeudi 22 mars 2012
par  Fnaf cgt

POUR LE RETOUR AU CONTROLE PUBLIC
Les médias annoncent une hausse des prix des produits alimentaires de 4,2 % en 2011. Les arguments pour justifier cette augmentation vont bon train, avançant pêle-mêle le « coût » du travail, la hausse des matières premières agricoles…. Il est donc nécessaire de rappeler quelques réalités.
Le « coût » du travail des salariés de l’agriculture et des industries agroalimentaires (IAA) est parmi les plus bas. 30 % des salariés des IAA et 80 % des salariés de la production agricole sont payés autour du Smic. Selon une étude réalisée par l’INRA, les rémunérations des salariés des Industries Alimentaires sont inférieures de 8 % à celles des salariés des autres industries. 50 % des salariés de notre pays gagnent moins de 1 400 € (toutes primes incluses) et 50 % des salariés des Industries alimentaires moins de 1 300 €. Une véritable misère ! Les salariés de la distribution ne sont pas mieux lotis, secteur où le taux de précarité est parmi les plus élevés. Les négociations annuelles sur les salaires se sont soldées pour 2011 par une augmentation des salaires minima conventionnels se situant autour de 1,3 à 1,5 %. Ce n’est donc pas le « coût » du travail qui est la cause de la hausse des prix des produits alimentaires.
Pour ce qui concerne la hausse du prix des matières premières agricoles, qui faut-il croire ? Entre les industriels qui se plaignent que la grande distribution n’accepte pas de hausse de tarifs trop importante et ne peuvent donc pas répercuter ces augmentations et néanmoins des prix alimentaires qui augmentent fortement ? Le palmarès 2011 de RIA portant sur les 100 plus grandes entreprises du secteur agroalimentaire fait apparaître une année de croissance des bénéfices et des rentabilités, allant jusqu’à doubler pour de nombreuses entreprises comme dans le sucre, au mépris de toutes les prévisions négatives. Les patrons de la grande distribution ne sont pas en reste et se situent toujours au top dans le classement des grandes fortunes de France. Alors qui se sucre ?


Documents joints

PDF - 108.4 ko

Annonces

Arrêtez le massacre

Ernest Pignon Ernest

Suite à la décision prise lors de son 8ème Congrès à Vénissieux en Janvier 2006, La FNAF-CGT a placé au cœur de sa démarche revendicative pour l’amélioration des conditions de travail et la défense de la santé au travail des salariés dans ses secteurs professionnels

Agrandir l’affiche


Boycott

Le comité National de Soutien et de Lutte

Agrandir l’affiche

Voir le Comité National de soutien et de lutte