Bilan de santé de la PAC 2008 : l’agriculture française sous l’emprise ultralibérale de l’Union Européenne

jeudi 22 janvier 2009
par  Fnaf cgt

En septembre dernier à Rennes, devant un parterre de professionnels agricoles, Sarkozy, fixait la feuille de route du ministre de l’Agriculture dans le cadre de la présidence française de l’Union européenne et des négociations sur le Bilan de santé de la PAC, « un nouveau cadre politique » de la politique agricole commune. Celle-ci devait répondre à quatre objectifs : « assurer l’indépendance et la sécurité alimentaire de l’Europe, contribuer aux équilibres alimentaires mondiaux, préserver les équilibres de nos territoires ruraux, participer à la lutte contre les changements climatiques et à l’amélioration de l’environnement ».
Fin novembre 2008, deux mois après le discours de Rennes, M. Barnier boucle les négociations sur le Bilan de santé par un compromis fort éloigné des gesticulations médiatiques de Sarkozy et unanimement critiqué par les organisations professionnelles agricoles.
Dans les bureaux feutrés de Bruxelles, N. Sarkozy n’a pas hésité à engager la PAC, et par là même l’agriculture française, dans une nouvelle étape vers sa libéralisation et son assujettissement total aux lois du marché capitaliste et aux multinationales de l’agroalimentaire et de la grande distribution.

Quelques mois à peine après les émeutes de la faim et une crise alimentaire loin d’être terminée, au moment où la FAO publie les chiffres alarmant du nombre de personnes souffrant de la faim dans le monde qui atteint presque le milliard (en augmentation de plus de 100 millions en quelques mois), où les prix agricoles baissent à nouveau fortement après des hausses essentiellement spéculatives en 2008, où de nombreuses voix s’élèvent pour exiger des politiques publiques de régulation en agriculture, l’Union européenne fait la sourde oreille. Elle poursuit le chemin engagé dès la réforme de la PAC de 1992 et accélère la mise en concurrence des agricultures européennes avec celles des Etats-Unis, du Brésil, de Nouvelle-Zélande, d’Australie et d’Argentine.


Documents joints

PDF - 70.7 ko

Annonces

Arrêtez le massacre

PNG - 939 ko
Dessins de Ernest Pignon Ernest

Arrêtez le massacre

Suite à la décision prise lors de son 8ème Congrès à Vénissieux en Janvier 2006, La FNAF-CGT a placé au cœur de sa démarche revendicative pour l’amélioration des conditions de travail et la défense de la santé au travail des salariés dans ses secteurs professionnels

Agrandir l’affiche


Boycott

JPEG - 31 ko
Le comité National de Soutien et de Lutte

Agrandir l’affiche

Voir le Comité National de soutien et de lutte